lundi 22 juillet 2013

FIGURINES DOUBLE DRAGON

Tombant l'autre jour sur un forum spécialisé américain, je fus assez stupéfait d'apprendre que des figurines Double Dragon avaient pu voir le jour.
Ayant connu à l'époque, en 1988, le jeu d'arcade, le premier du nom, et en ayant été un grand fan, je raflais de suite les clichés pour pouvoir les mettre ici. Mais n'ayant pas grand-chose à dire dessus, mis à part le fait qu'elles sont à chier et n'ont qu'un très lointain rapport avec le jeu, je me suis demandé ce que j'allais bien pouvoir raconter pour "habiller" ces photos. Et puis, je me suis souvenu que, dans un passé lointain, j'avais pondu une amusante review-test sur le jeu d'arcade et qui avait bien marché.
Gros faignant par nature, je décidai de l'exhumer pour ces figurines. Chez moi, rien ne se perd, tout se transforme.

Année : 2049
Lieu : maison de retraite « Le joyeux charnier » à 400km de la capitale en banlieue parisienne...

(Bruit de porte qui s'ouvre violemment et entrée de deux sales gamins bruyants et sentant encore l'ammoniac)

Les gosses : - Ouaiiissss ! Bonjour grand-père ! Alors, pas encore mort, hi hi hi !
Moi (soupirant) : - Ah, Gloria et Stéphane. Mes petits-enfants. Manquait plus qu'eux. Comment va votre mère ? Ça fait 2 ans qu'elle n'est pas venue me voir.
Les gosses : - Bah tu sais bien que si elle vient te voir, c'est qu'elle a besoin de ta signature. Là ça va, elle se remet de son quatrième divorce.
Moi : - Qu'est-ce que vous voulez ? Je vous préviens, j'ai plus un rond, l'infirmière m'a piqué ma pension du mois !


Les gosses : - Nan, on sait que tu as été un grand fan de jeux vidéo aux temps préhistoriques et on voudrait savoir si tu connaissais un ancien jeu qui va bientôt sortir sur notre PlayBoxU. Il paraît que c'est très connu des vieux schnocks.
Moi : - Pfffff… Je ne sais plus, j'ai tout oublié, ma cervelle est vide et ressemble à une Spontex d'après les derniers scanners.
Les gosses : - Mais enfin grand-père, c'est pas de la maladie de la vache folle dont tu souffres, toi c'est ta prostate qui déconne !
Moi : - Ah oui, c'est vrai… Bon, qu'est-ce que vous voulez savoir ? Dépêchez-vous parce qu'il va être 16h30 et on dîne à cette heure-la ! En plus, celui qui rate le repas est privé de manger.


Les gosses : - On voudrait savoir si tu connaissais un jeu qui s'appelle Double Dragon.
Moi : - Tiens donc, ça revient ça ?
Les gosses : - Oui, tu sais, depuis les rachats de Nintendo et Sony par Danone, le monde des jeux vidéo a pas mal changé. On en a tous marre de jouer à des jeux de rôles avec, en guise de personnages, des pots de yaourt ou des shoot-them-up où le vaisseau est une barre de chocolat. Si ça continue, on va avoir des jeux avec des hamburgers et des sodas !
Moi (à moi-même) : - Je savais bien que j'aurais dû leur parler de Mac Donalds' Land ou de Coca Cola Kid…


Les gosses : - Qu'est-ce que tu radotes encore ?
Moi : - Non rien, alors donc, ils ont ressorti Double Dragon ?
Les gosses : - Oui, une valeur sûre comme ils disent, mais ce sera mieux que ce que tu as connu. Nous, ce sera un jeu de baston avec de vrais coups.
Moi : - Ah oui, vous jouez en combinaisons maintenant il paraît, et vous ressentez tout ce qui se passe.
Les gosses : - Ouais, c'est peta cool ! Les premières combinaisons pour les jeux de cul sont déjà sorties au fait, ça fait un malheur auprès des ingénieurs informaticiens.
Moi : - Logique…


Les gosses : - On se branche les capteurs sur les zones sensibles de notre corps et le programme se charge du reste.
Moi : - Mouais, une trayeuse électrique moderne donc…
Les gosses : - En tout cas, grâce à ces combinaisons sensorielles, Neo Double Dragon a déjà fait beaucoup parler de lui. On ressent vraiment les coups de poings et de pieds. Il y a déjà eu trois morts parmi les bêta testeurs. C'est génial !
Moi : - J'ai bien connu Double Dragon oui. C'était en 1988. Mon papa travaillait dans un bistrot et tous les samedis après-midi, j'allais le chercher. En attendant qu'il finisse, je jouais à la machine d'arcade et c'était justement Double Dragon à cette époque.
Les gosses : - C'était bien ?


Moi : - Plutôt oui ! C'était mon premier vrai jeu de baston. C'était réaliste et violent à souhait. L'ambiance sonore, avec de vrais bruits de gnons et de bourre-pifs, me mettait en train. Ça donnait envie de cogner. Il y avait pas mal de mouvements, comme celui de mettre des coups de genoux dans la tête de l'adversaire, de le projeter comme un paquet de merde, de le tenir par les cheveux avant de lui expédier un méga coup de pompe dans les dents. Il y avait des armes à ramasser et à utiliser, des battes, des couteaux etc. On pouvait même frapper des femmes. Il y avait régulièrement des nanas avec des fouets, des sortes de Mme Domina, qui crevaient dans un cri assez agréable.
Les gosses : - Du calme grand-père, pense à ton cœur. C'était quoi l'histoire ?
Moi : - Oh, c'était très compliqué et inédit. Un gang avait kidnappé la fiancée du personnage et il devait aller la délivrer à la force de ses muscles.
Les gosses : - Wow ! Génial ! Je n'y aurais jamais pensé…
Moi : - Et l'avantage dans ce jeu, c'est qu'on pouvait y jouer à deux en même temps. Chacun s'aidant mutuellement, même si on pouvait glisser un coup de latte en douce histoire de rire. A la fin du jeu, une fois le boss terrassé, vous deviez vous battre tous les deux. Le vainqueur gagnait une culotte immaculée avec la fiancée dedans.
Stéphane : - Quelle salope !
Moi : - Dis donc toi, tu veux bien être poli, espèce de p'tit con ?


Les gosses : - Et la jouabilité était bonne ? Sûrement pour de l'arcade !
Moi : - Et bien non, c'est là que vous vous trompez ! Ça ralentissait très souvent quand plusieurs sprites étaient à l'écran.
Les gosses : - Des ralentissements ?
Moi : - Ah oui ! Et la gestion des déplacements n'était pas géniale non plus. Parfois, on pensait contourner un obstacle naturel, comme un trou ou un pont détruit et on tombait dedans. C'était de la 2D très " marche en crabe, tu survivras plus longtemps ! "
Les gosses : - Ben dis donc, quelle merde. C'était facile ?
Moi : - Zzzzzzzz…
Les gosses : - Grand-père !!!!
Moi : - Hein ? Quoi ? Ah désolé les mômes, mais j'aime bien faire une petite sieste avant de dormir parfois…


Les gosses : - Alors, c'était facile ou pas Double Dragon ?
Moi : - En fait, jusqu'au dernier niveau, quand vous entriez dans le repaire des ennemis, c'est enfantin. Il y a un coup qui permet de quasiment faire le tour du jeu sans prendre une seule baffe, c'est le coup de coude (poing + saut). C'était répétitif mais ce jeu à la base l'était alors… Il ne fallait pas hésiter non plus à utiliser les obstacles naturels pour les faire tomber dedans. Ne prenez pas les armes, elles ne sont pas assez efficaces. Par contre, écrasez vos adversaires en leur balançant dessus des caisses, bidons et autres rochers. Ou même en mettant un coup de pied dans ces objets et les faire rouler sur les ennemis, effet garanti ! C'est avec ce genre de petits trucs que je faisais parfois le tour du jeu avec seulement 5 balles.
Les gosses : - T'es trop fort. Mais après, dans la base, c'est dur ?
Moi : - C'est mal foutu surtout ! Parce que vous aurez deux passages extrêmement durs. Le premier est celui des murs qui avancent tous seuls. Chaque impact vous fait perdre la moitié de votre énergie. Ensuite, il y a des gargouilles avec des lances qui vous achèveront à coup sûr tant elles infligent de lourds dommages. Il y avait des fois où on passait comme une fleur et d'autre fois, on y laissait nos économies pour les franchir. Enfin, c'était un bon jeu quand même et puis ça a ouvert la voie à d'autres comme Final Fight par exemple…


Les gosses : - Ok, merci grand-père. On va te laisser, c'est pas qu'on s'ennuie mais on se fait chier là. A moins qu'il se passe un truc amusant ici. Ils vont débrancher quelqu'un aujourd'hui ?
Moi : - Non, tout le monde a payé ce mois-ci.
Les gosses : - Rhhooo, c'est pas drôle, alors on s'en va.
Moi : - Eh les mômes, la prochaine fois que vous reviendrez, ramenez-moi un catalogue de la Redoute, collection printemps-été si possible, merci !
Les gosses : - Vieux dégueulasse va !

2 commentaires:

  1. Si je ne dis pas de conneries, ces figurines (très moches) allaient de pair avec un dessin animé (pourri) qui sortait dans le même temps qu'un film (abyssalement con). Le tout américain.
    Le film faisait partie de la vague d'adaptations de jeu vidéo catastrophique qui tentaient toujours de transposer le jeu dans un univers pseudo cyberpunk cheapos (voir Mario, Street Fighter... Exactement les mêmes merdes), et qui était, évidemment, une bouse à mourir de rire. Le dessin animé était une énième tentative de faire un Turtle-killer, un truc pour piquer des parts de marché aux Tortues Ninja.
    Y'a eu quelques tentatives de jeux sortis en même temps, des VS fighters, deux trois beatem all dans le genre du premier... tous des catastrophes.

    Dans le genre franchise annihilée par des lobotomisés, ça se pose là Double Dragon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens d'un jeu comme ça sur SNES, les deux frangins de Double Dragon alliés aux Battle Toads je crois. Un jeu épouvantable d'ailleurs... De toute façon, les films issus de jeux vidéo, on sait que ce sera toujours de la daube. Mortal Kombat, SF2, Doom...

      Supprimer

Related Posts with Thumbnails