samedi 17 mai 2014

LES DESSINS ANIMÉS NON JAPONAIS POUR LA JEUNESSE DES ANNÉES 70/80

Quand on pense aux émissions pour la jeunesse des années 70/80, de suite, ce sont les dessins animés japonais qui arrivent. Goldorak, Candy, Capitaine Flam, Albator, Cobra... Ça ne manque pas. Et c'est cela qui apporta gloire et célébrité aux présentateurs de ces émissions. Bien qu'évidente, cette réalité n'a jamais été comprise par Dorothée et ses sbires. Ils étaient persuadés que leur succès venait d'eux-mêmes, de leur talent à se prendre des tartes à la crème ou de leurs sitcoms grotesques... Mais non. Retirez les Chevaliers Du Zodiaque en 88 de la grille du Club Dorothée ou DBZ en 95, et l'audimat s'écroulait immédiatement. Les gamins venaient juste pour ça.

Malgré ce tsunami nippon qui déferla à partir de 1978, les animations non japonaises existaient toujours. D'origine anglo-saxonnes pour la plupart, même si l'on pouvait trouver quelques trucs made in France, elles servaient de bouche-trou dans l'émission. Et comme il n'y avait que ça, on les regardait. Certaines ont laissé des marques plus profondes que l'on pourrait le croire.

Après les posts sur les marionnettes, les feuilletons et les émissions pédagogiques, voici le dernier, bouclant ainsi une série d'articles à tendance vieux con. Sauf exceptions, je passerai sur les marronniers de l'enfance comme les dessins animés DIC, les Hanna et Barbera et autres séries américaines style Cosmocats, Schtroumpfs, Bisounours, Maîtres De L'Univers ou les Transformers que tout le monde connaît, pour me concentrer sur les trucs moins connus et parfois même totalement oubliés.

Emilie. Ce truc a marqué les esprits en 1979. Les gamines, déjà, en étaient folles. J'ai le souvenir d'une cousine ayant une poupée de chiffons Emilie. Le générique d'époque est féroce pour les oreilles et reste longuement dans la tête. En préparant ce post, j'ai vu qu'Emilie bénéficiait, comme Maya L'abeille, d'une seconde jeunesse avec une nouvelle version en images de synthèse et plutôt agréable à regarder bien que bruyante. Emilie 3D est hyperactive par rapport à celle de 1979, qui était calme. Sans doute la junk food...


Aubrey. Cette animation anglaise était surtout diffusée lorsque Antenne 2 était en grève. Les émissions n'étant plus assurées, il fallait meubler et on passait souvent ce truc, qui était assez drôle et parfois même meilleur que le programme initialement prévu. J'en garde un bon souvenir.


Forte de son succès chez les jeunes de la génération précédente, la BD franco-belge fit logiquement son apparition sur le petit écran. Boule Et Bill fut largement matraqué dans Récré A2. Je n'aimais déjà pas la BD alors l'animation hein... Je vous épargnerais donc les Lucky Luke ou Tintin qui suivirent au début des années 80 et m'exaspérèrent tout autant.


Cocoshaker. J'étais fou de ce truc à l'époque et ses diffusions aléatoires sur FR3 rendait difficile le visionnage. Mais quand je tombais dessus, c'était à peine 2 mn de bonheur assuré. C'était rapide, drôle et très subversif. Ces petits bonhommes illustraient parfaitement la connerie humaine. La convoitise de l'un poussant à faire la guerre pour avoir le palmier de l'autre, alors qu'il y en avait un second juste à côté.


Les Mondes Engloutis. Je me revois en train de mater ce truc, sans doute le premier épisode, et trouver ça gonflant au possible. Trop de bestioles, trop de bons sentiments, et ça chantait parfois en plus! Argh!


Mask. Comme il est dit plus haut, je n'ai pas voulu faire un déballage de dessins animés que tout le monde connaît déjà. Mask en fait pourtant partie, mais je le mets quand même car j'avais vraiment beaucoup aimé à l'époque. Avec tous les appareils et véhicules qu'il y avait, c'était vraiment la série parfaite pour les garçons mais surtout faire vendre ensuite du jouet. Et ils ne s'en sont pas privés! Un pote de classe à l'époque avait le side-car. Pas dégueu! De plus, j'adorais le concept des masques, même si l'on devrait plus parler de casques qu'autre chose. Il y avait un petit côté Iron Man dedans. Bien que sans aucune violence, et malgré la présence d'un gamin faire-valoir et d'un robot-mascotte dedans, c'est l'une des productions les plus couillues de Chalopin.


Clémentine. Une gamine paralysée et hallucinée... On imagine mal ça de nos jours.


Love Is All. Comme pour Aubrey, ce clip animé, de très grande qualité, ressortait sur Antenne 2 à chaque grève. J'en suis venu à détester la chanson tant on l'a entendue.


Il Etait Une Fois... L'homme. Je ne voulais pas le mettre au début, d'une part parce que je n'ai jamais aimé cette série, truffée de raccourcis et d'erreurs, et que de l'autre, elle est trop connue. Malgré ça, je ne peux oublier ce générique puissant qui m'a marqué de par sa musique, la Toccata de Bach c'est quand même pas de la merde, mais surtout par sa fin, très sombre et probablement prophétique. Cette scène a d'ailleurs été coupée lors de la rediffusion sur Gulli voilà quelques années. Toujours cette société débile qui veut protéger les gens de la réalité et les faire vivre dans un monde de Bisounours... Le succès de cette série entraîna des suites, Il Etait Une Fois... L'Espace, La vie, Les Amériques, Les Pneus... Là non plus, la greffe n'a pas prise chez moi.


Les Harlem Globe Trotters. Production Hanna et Barbera, mais pas la pire. Je regardais ça en 1977 je crois dans une émission de Claude Pierrard, bien avant Croque Vacances et même que Goldorak ne vienne me sauver. Ces mecs qui faisaient tout ce qu'ils voulaient du ballon me faisaient rire. Futurama reprendra cette série à son compte.


Wattoo Wattoo. Une espèce d'hirondelle de l'espace qui lutte contre la pollution, thème phare dans les années 70 et bien plus sincère que maintenant. Les multiples réutilisations de séquences, en particulier les dédoublements des Wattoo afin d'en faire des milliers, restent gravés dans les mémoires.


La Noiraude. Une vache hypocondriaque qui téléphone sans arrêt à son véto. Diffusée dans le cadre de L'ïle Aux Enfants, c'était assez marrant. De nos jours, ça ne passerait plus. Rendez-vous compte, "la Noiraude"...


Quel gamin de la fin des années 70 n'a jamais vu un seul épisode de Spider-Man et fredonné sa célèbre chanson? "L'Araignée, l'Araignée, est un être bien singulier..." Ça a dû en faire vendre des Strange... Malgré des dessins et une animation épouvantables, tout le monde regardait ça. Il fait partie de la grande vague des dessins animés de super-héros des années 60 que l'on a déjà vu comme les Quatre Fantastiques, Thor, Captain America ou Iron Man.


Les Croques-Monstres. Un dessin animé déjà lourd, nul et pénible lors de sa première diffusion en France en 83, alors imaginez maintenant...


Rambo. J'étais parti pour mettre la série animée de G.I. Joe, qui était diffusée à la fin des années 80 si je me rappelle bien, j'avais dû en voir un ou deux, mais même l'intense connerie de Joe ne peut lutter contre celle de Rambo! En 87, ça passait le dimanche matin sur Canal+ et je regardais assez souvent. C'était tellement con et mauvais que ça en devenait formidable.


Jane De La Jungle. Tarzan en version bimbo... Tout pour me déplaire, les faire-valoir en pagaille, les mascottes animalières, aucune violence... Bon, c'est un truc prévu pour les petites filles aussi, ma voisine de palier adhérait bien au concept. Je me souviens juste de son collier-frisbee. A noter que la voix de Jane est assurée par Evelyn Séléna, une légende du doublage français qui doubla, entre autre, Tila dans les Maîtres De L'Univers ou Sue Ellen Ewing dans Dallas.


George de la Jungle, ou comment rendre ridicule Tarzan, mais je crois qu'il l'était déjà avant... Ce dessin animé assez destroy me faisait rire et je dois avouer que revoir le générique là m'a fait sourire devant la gueule de certaines bestioles. On sentait les dessinateurs en roue libre. Je me souviens que dans la VF, il appelait Jane, sa femme, "Mauricette"...

2 commentaires:

  1. Les mondes engloutis = pire dessin animé français avec un scénario pauvre, des couleurs épouvantables et des personnages sans personnalité...

    RépondreSupprimer
  2. Comme toujours article très tranché et intéressant
    même avis sur la chanson love is all : je ne peux plus l'entendre
    une anecdote : dans amazing spiderman 2 , spiderman a en sonnerie de son mobile le générique du DA
    même si certains dessins aimés ont vieillis : cela reste de bons souvenirs et si j'étais obligé d'en regarder certains , c'était parce que à l'époque, je n'avais pas de télécommande : obligé de te lever pour changer de chaîne

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails